Conférences publiques

Cycle 2015-2016 : Pouvoirs et autorités en Islam

Du 5 octobre 2015 au 7 juin 2016

1er mardi du mois, 18h30-20h30
Amphithéâtre François Furet, 105 bd Raspail, 75006 Paris

Présentation

La proclamation récente du califat en Irak et en Syrie, un siècle après sa suppression par Atatürk, invite à s’intéresser aux notions de pouvoir et d’autorité en Islam et à la question sous- jacente des rapports entre religion (dîn) et pouvoir temporel (dawla).
S’il faut distinguer les notions de pouvoir (comme fait établi) et d’autorité (comme fondement légitime du pouvoir), il faut aussi réfléchir à l’opposition, à la complémentarité et à l’articulation des couples pouvoirs/autorités, politique/religieux dont la relation dialectique était caractéristique des époques pré-modernes. En outre, bien des sources d’autorité n’ont pas été créées ex nihilo par l’islam, mais ont été élaborées à partir des coutumes, des structures familiales, des religions et des modèles politiques pré-existants.
Ce cycle propose d’aborder la question des pouvoirs et autorités en Islam à travers une série de conférences portant à la fois sur des notions théoriques en lien avec l’exercice de l’autorité (charia, arts de gouverner, fatwas), sur des représentants de l’autorité (califes, sultans, émirs, rois, présidents, oulémas, imams, muftis) et des expériences de contestation (dissidences, révolutions).

 

5 octobre 2015

La charia :  entre droit et politique

Nathalie Bernard-Maugiron, juriste, directrice de recherche IRD, Université Paris Descartes

Jean-Philippe Bras, professeur de droit public, Université de Rouen

Écouter le podcast de la conférence

 

3 novembre 2015

Les femmes et le pouvoir en Islam

Azadeh Kian, professeure de sociologie, directrice du Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherches pour les Études Féministes, Université Paris-Diderot

Écouter le podcast de la conférence

 

1er décembre 2015

Imams et prédicateurs en Europe

Samir Amghar, sociologue, chercheur, Université libre de Bruxelles

Romain Sèze, sociologue, chargé de recherche, Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice

 

5 janvier 2016

Contester l'autorité : dissidences et révolutions au Moyen-Orient, 1906-2011

Hamit Bozarslan, historien, directeur d’études, EHESS (Centre d’études turques et ottomanes)

Revoir la conférence

 

2 février 2016

"Etat Islamique" : sens et portée d'une rupture

François Burgat, politologue, directeur de recherche au CNRS, IREMAM

Revoir la conférence

 

1er mars 2016

Miroirs des princes et art de gouverner

Makram Abbès, professeur de philosophie politique, École Normale Supérieure de Lyon

Écouter le podcast de la conférence

 

5 avril 2016

Sultans, rois et présidents

Elizabeth Picard, politologue, directrice de recherche au CNRS, IREMAM

Écouter le podcast de la conférence

 

3 mai 2016

Califat et imâmat, des origines à nos jours

Sabrina Mervin, historienne, directrice du Centre Jacques Berque pour les Études en sciences humaines et sociales au Maroc

Nabil Mouline, historien et politiste, chargé de recherche, CNRS (CéSoR)

 

7 juin 2016

Fatwas et muftis : pratiques contemporaines

Ghaleb Bencheikh, physicien et théologien, présentateur de l’émission Islam sur France 2

Écouter le podcast de la conférence

EHESS

flux rss  Actualités

Un tricontinentalisme arabe ?

Table ronde - Mardi 14 mars 2017 - 15:00Pourquoi exhumer l’histoire, ou les histoires, des gauches arabes ? Pourquoi exhumer l’histoire d’une tradition défaite ? Pourquoi aujourd’hui ? C’est à partir de cette défaite même, des questionnements laissés en suspens, que nous souhaitons à nouveau interroger ces courants longtemps négligés par la recherche. Mais à partir de quel présent nous orientons-nous vers eux, à partir de quel problème ? Supposons-nous que le problème sur lequel les gauches ont achoppé se pose encore, aujourd’hui ? Que leur défaite pourrait devenir, est peut-être déjà, notre défaite ? Et leurs espérances, ont-elles jamais été les nôtres ? Nous, qui avons été jetés dans un monde sans horizon d’attente dans les années 70-80s, ne demeurons-nous pas irréversiblement étrangers à leurs passions ?

Lire la suite

Autour de l'ouvrage de Florence Bergeaud-Blackler "Le marché halal ou l’invention d’une tradition"

Débat - Lundi 30 janvier 2017 - 18:30La conférence-débat aura lieu en présence de l’auteure et avec la participation de Mohammed-Hocine Benkheira (EPHE) et de Rémy Madinier (CNRS/EHESS).Présentation de l'ouvrage : Du simple rituel d’abattage au tourisme halal, en passant par les aliments, les médicaments et la mode, le marché halal s’étend sur tous les continents. Qu’est-ce qui a rendu possible un tel élargissement du « système halal », faisant de tout fidèle musulman un consommateur, et de l’Umma une puissance économique ? Comment les intérêts marchands sont-ils passés avant la neutralité de l’État et la liberté religieuse ? 

Lire la suite

L’islam, une religion américaine?

Conférence - Mardi 03 janvier 2017 - 18:30Résumé du cycle « Minorités en Islam, islam en minorité » :Évoquer les minorités en Islam, c’est penser immédiatement aux minorités religieuses non musulmanes en pays majoritairement musulman et tout particulièrement à celles qui ont bénéficié du statut de dhimmi, de « tributaire ». Le cycle proposé cette année (2016/2017) par l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman « Minorités en islam, islam en minorité » entend déplacer le regard en interrogeant la notion de « minorité » telle qu’elle est entendue selon les disciplines : histoire, géographie, sociologie, droit…Si cette notion renvoie d’emblée à des groupes en situation d’infériorité numérique par rapport à une majorité démographique, qu’elle soit religieuse, culturelle, linguistique ou sociale…, elle a aussi une dimension politique. Et il arrive qu’un groupe minoritaire démographiquement, tels les Alaouites en Syrie, les sunnites en Irak sous Saddam Hussayn, exerce le pouvoir. Cependant, dans la majeure partie des cas, les minorités demeurent des groupes dominés, parfois discriminés, qui cherchent à faire valoir leurs droits, leur spécificité, leur idéologie, leur mode de vie. La notion renvoie alors aux questions d’identités et de résistance, tout en exprimant une volonté d’appartenance à un ensemble plus vaste, social, politique, ou religieux.Les minorités dont il sera question lors de ce cycle de conférences sont tout autant celles constituées par les musulmans en Europe, aux États-Unis ou en Chine que celles présentes dans les pays d’Islam. On parlera donc des minorités confessionnelles bien sûr, mais aussi des minorités sociétales regroupées autour d’affinités politiques, idéologiques, religieuses ou sexuelles. 

Lire la suite

Plus d'actualités

Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman
96 boulevard Raspail
75006 Paris