Sessions de formation doctorale

2011 : Islam : demande sociale et recherche universitaire

Rabat, 21-25 mars 2011

Session d’études doctorales de l’Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM/EHESS, Paris)

En partenariat avec :

  • le Netherlands InterUniversity School for Islamic Studies (NISIS), le Centre Jacques Berque (Maroc),

  • la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Ain Sebaâ (Université Hassan II Mohammedia Casablanca),

  • l’Ecole de gouvernance et d’économie de Rabat (EGE)

  • l’Institut néerlandais au Maroc (NIMAR),

Argumentaire

Il y eut un temps où la question de l’indépendance ou de la conciliation des points de vue entre recherche universitaire et ‘demande sociale’ ne se posait guère. L’université, les institutions de recherche, n’étaient que la pointe la plus active des débats qui se déployaient dans l’ensemble de la société. S’y opposaient des familles idéologiques, des intérêts scientifiques, parfois des générations – rarement l’université au ‘pays’, les ‘têtes d’oeufs’ aux ‘cols rouges’, pour traduire de l’américain des années cinquante du siècle dernier. Mais ce qu’on décrivait voici cinquante ans comme ‘crise’ populiste passagère est presque devenu la norme d’une fracture durable entre ‘élites’ et ‘peuple’. L’Islam en est un bon exemple. Toutes les études, toutes les mises en garde, toutes les précautions inlassablement répétées des chercheurs n’ont pas empêché une dégradation profonde de la vision du monde musulman en Occident (et ailleurs), de la condamnation initiale d’al-Qa’ida à la mise en cause d’une religion, d’une histoire et d’une civilisation dans son ensemble. Le discours universitaire, dans la mesure où il lutte contre ces vues ou les contredit, est de plus en plus perçu comme une langue de bois, qui s’efforce de jeter un voile politiquement correct sur une réalité crue.

A l’inverse, dans les pays musulmans, le progrès économique et l’extension des classes moyennes conduit à une reconquête de ‘valeurs islamiques’ dont l’objet principal est de contester celles de l’Occident. Le néo-ottomanisme turc, les ‘valeurs asiatiques’ malaisiennes sont des traductions atténuées du discrédit massif des ‘thèses occidentales’ qui culmine, dans les enquêtes d’opinion en Egypte, Turquie ou Pakistan, en refus d’admettre la réalité des attentats jihadistes ou de la responsabilité qu’y assument des musulmans. Là encore, des universitaires généralement moins sensibles à la thèse du complot généralisé de l’Occident sont contestés dans leur savoir même. L’opposition idéologique semble compenser l’homogénéité croissante des modes de vie. Là où la globalisation économique semblait introduire les principes d’un consensus, la parole contenue des majorités rétablit la distance et le conflit.

Comment analyser ces phénomènes ? Le chercheur doit-il se contenter, se contente-t-il en fait, de les analyser ou lui revient-il d’entrer dans l’arène? Et dans ce cas, doit-il le faire, le fait-il, en tant que citoyen, ou au nom de l’autorité que lui donne sa recherche ? Doit-il contourner le débat et réserver les propos ‘sensés’ du savant aux cercles politiques où se prennent les décisions, aux cercles médiatiques où s’élaborent les éditoriaux ? Lui faut-il viser à une parole d’autorité plus qu’au débat ?

De fait, la question ne se poserait pas telle que nous la posons s’il n’avait émergé depuis quelques décennies une ‘demande sociale’ dont un milieu d’intermédiaires (revues, journaux, blogs, pages d’opinions ouvertes aux commentaires des lecteurs) s’est arrogé la charge, puis le monopole, non sans encourir souvent le même reproche de ‘langue de bois’ que la recherche académique. Un des vrais problèmes de l’alternative (discours universitaire et demande sociale), c’est l’identification de cette ‘demande sociale’ assumée par des médias supposés poser les questions du ‘peuple’, mais souvent aussi impuissants que les chercheurs à faire entendre leurs réponses.

Responsables scientifiques

  • Gabriel Martinez-Gros, Professeur à l’Université Paris X, Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman, martinez@ehess.fr ou martinez-gros@orange.fr

  • Léon Buskens, Chair for Law and Culture in Muslim Societies, Director, Leiden University Centre for the Study of Islam and Society (LUCIS), Director InterUniversity School for Islamic Studies, L.P.H.M., Buskens@hum.leidenuniv.nl

  • Baudouin Dupret, Directeur, Centre Jacques Berque (Maroc), baudouin.dupret@cjb.ma

Date : arrivée le 20 mars 2011, départ le 26 mars 2011

Lieu : Rabat, Maroc

Disciplines

Anthropologie – Droit – Histoire – Islamologie - Littérature – Philosophie – Sciences Politiques – Sociologie

Déroulement de la session

Des exposés magistraux seront prolongés par des séances de discussion, des ateliers de travail autour des recherches doctorales des étudiants qui participent à la session. Une très grande partie des débats et des interventions se fera en anglais. La participation à cette école doctorale exige donc pour le moins une bonne compréhension de l’anglais, et de préférence une véritable capacité à s’exprimer dans cette langue.

Participants

Une dizaine d’étudiants inscrits dans les formations doctorales en France seront sélectionnés par l’IISMM.

Procédure de sélection des doctorants

Sélection par un jury sur la base d’une lettre de motivation adressée par les candidats (1 à 2 pages maximum), d’un CV, d’un résumé de la thèse (2 pages maximum) et d'une lettre de recommandation de leur directeur de thèse. Les candidats retenus s’engagent à assister à la totalité de la session. Leurs frais de mission étant pris en charge, ils s’engagent également à respecter les dates de départ et de retour qu’implique la session.

Date limite de réception des candidatures : 15 janvier 2011 par poste (IISMM, 96 bd Raspail, 75006 Paris) ou par mail iismm@ehess.fr

EHESS

flux rss  Actualités

LES CHEBABS DE YARMOUK

Projection-débat - Mardi 28 février 2017 - 18:00Les « chebabs » de Yarmouk, c’est avant tout une bande de potes, qui se connaissent depuis l’adolescence… Dans le plus grand camp de réfugiés palestiniens du Moyen-Orient, créé en Syrie en 1957, ils partagent leur quotidien, se cherchent un avenir. (...)(...)

Lire la suite

Des revendications de musulmanes au féminisme islamique

Conférence - Mardi 07 février 2017 - 18:30Nadine Weibel, anthropologue du religieux associée à l’équipe DRES (CNRS, Université de Strasbourg)Depuis la seconde moitié du XX° siècle, au sein d'un islam revendiqué et pratiqué, de nombreuses musulmanes entendent se réapproprier leurs droits, octroyé (...)(...)

Lire la suite

Un tricontinentalisme arabe ?

Table ronde - Mardi 14 mars 2017 - 15:00Pourquoi exhumer l’histoire, ou les histoires, des gauches arabes ? Pourquoi exhumer l’histoire d’une tradition défaite ? Pourquoi aujourd’hui ? C’est à partir de cette défaite même, des questionnements laissés en suspens, que nous souhaitons à nouveau int (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman
96 boulevard Raspail
75006 Paris